Sénégal – Le développement durable entre expériences et perspectives d’avenir au centre d’un webinaire organisé par l’Ambassade d’Italie à Dakar en collaboration avec le siège local de l’AICS

Le 7 octobre 2020, l’Ambassade d’Italie à Dakar, en collaboration avec le siège local de l’AICS, a organisé le webinaire:  «L'Agenda 2030 au Sénégal: expérience et perspectives d'avenir» qui s’insère dans le cadre du Festival du Développement Durable, promu par l'Alliance Italienne pour le Développement Durable (ASVIS). L'événement, qui a eu lieu au Centre de Culture Italienne à Dakar, s'est concentré sur les objectifs de développement durable (ODD) relatifs aux secteurs prioritaires de la Coopération Italienne au Sénégal, en particulier l'ODD 2 Faim Zéro, l’ODD 5 Égalité des sexes et l’ODD 8 Travail décent et croissance économique. L'objectif Faim Zéro a été le fil conducteur des interventions. Parmi les intervenants, Mamadou Dia, Chef de division Politiques sociales et Développement durable du Ministère de l’Économie, du Plan et de la Coopération ; Cécile Tassin-Pelzer, Cheffe de coopération de la Délégation Européenne au Sénégal; Robert Guei, Représentant au Sénégal de la FAO; Paola De Meo, Vice-présidente de l'ONG Terranuova et Silvia Bergamasco, Coordinatrice du Secteur Développement Rural de l’AICS Dakar. La rencontre a été modérée par S.E. Giovanni Umberto De Vito, Ambassadeur d’Italie à Dakar.

Le Sénégal, notamment avec le Plan Sénégal Émergent (PSE), a travaillé intensivement pour intégrer les ODD dans les stratégies de développement dans la première phase du PSE qui a intégré 71% des objectifs de développement durable. Ce pourcentage a touché le 87% dans la deuxième phase.

Par rapport à l’égalité des sexes, les résultats sont nombreux et satisfaisants, il suffit de mentionner le pourcentage des femmes parlementaires qui s'élève à 47% ; la mise en œuvre d'une stratégie nationale d'égalité et d'équité entre les sexes ou l'établissement de budgets sensibles au genre.

Pour ce qui concerne l’agriculture, on ne peut pas oublier qu’en Afrique la sous-nutrition reste importante. Cela risque de s’aggraver en raison de l’actuelle pandémie de COVID-19. L’UE, la FAO et l’AICS ont mentionné des initiatives pertinentes, à savoir la nouvelle initiative régionale de recherche en agriculture DESIRA, financée par l’UE ; le projet FAO 1 million de citernes pour le Sahel financé par l’Italie et les projets d’appui à la filière du riz et à l'horticulture promus par l’AICS. Silvia Bergamasco a souligné que l'ODD 2 Faim Zéro croise celui du travail décent et de la croissance économique puisque depuis 2014 la croissance économique au Sénégal est basée surtout sur le secteur primaire. Elle a ensuite ajouté que l'AICS favorise, en milieu rural, l'accès au crédit aux petits producteurs, les subventions en période de crise en renforçant les capacités de gestion des associations paysannes pour atteindre la durabilité économique des exploitations.

La thématique de l’agroécologie a été également traitée. Cette nouvelle approche, une combinaison de savoirs traditionnels et d’innovation, a été évoquée comme une option viable pour assurer une transition vers des modèles de production durables et résilients. La société civile est toujours plus engagée dans ce secteur, à travers diverses plateformes tels que la DyTAES (Dynamique de transition agroécologie).

Par Domenico Papisca

Posted in Uncategorized.